L’INFLUENCE DE LA TRADUCTION DANS LA MONDIALISATION RECHERCHE EN VUE DE L’OBTENTION DE LA MAÎTRISE EN TRADUCTION

Table des Matières

CHAPITRE UN: Introduction

1.0.0 La conceptualisation du travail 1

1.1.0 Le rapport entre la langue et la traduction 1

1.2.0 Le rapport entre la traduction et la

mondialisation 2

1.3.0 Le but du travail 6

1.4.0 Justification du sujet 7

1.5.0 Les hypothèses du travail 7

1.6.0 Conclusion partielle 8

CHAPITRE DEUX: Réflexions Théoriques

2.0.0 Définition des termes 10

2.1.0 Aperçu historique de la traduction 18

2.2.0 Fidélité en traduction 21

vi

2.3.0 Aperçu historique de la mondialisation 23

2.4.0 Aspects de la mondialisation 27

CHAPITRE TROIS: Méthodologie de la traduction

3.0.0 Les types de traduction 35

3.1.0 Les éléments de la traduction 39

3.2.0 Principes de la traduction 41

3.3.0 Les problèmes de la traduction sur le

processus de la mondialisation 57

CHAPITRE QUATRE: Le rôle de la traduction vis- à –

vis la Mondialisation.

4.0.0 La traduction automatique vis-à-vis la

Mondialisation 70

4.1.0 Apport de la mondialisation à l’humanité 73

4.2.0 Apport de la traduction à la mondialisation 75

CHAPITRE CINQ : Conclusion

5.0.0 Les Implications de la Recherche 84

5.1.0 Recommandation 84

5.2.0 Suggestion 85

RÉFLEXIONS THÉORIQUES

Ce chapitre démontre l’action du langage, de lalangue et de la traduction sur le processus de lamondialisation. Nous avons besoin des explications des termes très importants. Ces concepts comprennent le processus, le langage et la langue, la traduction et la mondialisation.

Nous allons discuter l’aperçu historique de la traduction et de la mondialisation, la fidélité en traduction et les aspects de la mondialisation.

2.0.0 Définition des Termes

2.0.1 Le Processus

Selon Oxford Advanced Learners, « Process is a series of things that are done in order to achieve a particular result (1159). Le processus, c’est une série d’activités qui aboutit à la réalisation d’un résultat (notre traduction).

Dans ce contexte, nous allons voir le rôle de la traduction, du langage et de la langue dans le processus de la mondialisation.

2.0.2 Distinction entre le langage et la langue

Le langage distingue entre les humains et les animaux. C’est la manière de s’exprimer propre à un l’ensemble de l’humanité.

Le langage est le but de la communication, l’information et l’éducation parmi les êtres humains. II est au centre de toutes les activités humaines dans le monde.

La langue est l’ensemble de signes linguistiques et de règles de combinaison de ces signes entre eux, qui constitue l’instrument de communication d’une communauté donnée. Par exemples, la langue française, la langue anglaise etc.

Une langue distingue une personne de l’autre. Par exemple, la crédibilité dans certaines professions est jugée par la capacité de l’individu de s’exprimer bien dans une langue donnée, c’est-à-dire, de bien communiquer ses idées et ses pensées.

Cependant, le monde est multilingue qui provoque l’intelligibilité mutuelle parmi les différentes communautés du monde. C’est-à-dire, évoquant la notion d’un monde uni, d’un monde formant un village planétaire et d’un monde sans frontière.

2.0.3 La Traduction

Jusqu’ici, la traduction est restée une activité essentiellement humaine. Le but de la traduction est d’établir une équivalence entre le texte de la langue source et celui de la langue d’arrivée. Il y a beaucoup de définitions de la traduction. Pour Nida, La traduction consiste à produire dans la langue d’arrivée l’équivalence naturelle la plus proche du message de la langue de départ d’abord quant à la signification, puis quant au style (30).

Dans cette définition, Nida parle de l’équivalence de sens et de style. Catford definit la traduction comme… «The replacement of textual material in one language (SL) by equivalent textual material in another (TL) (20). «Le remplacement du matériel textuel dans une langue (LD) par le matériel textuel équivalent à l’autre (LA) (Notre traduction). Catford et Newmark sont du même avis.

Newmark voit la traduction comme ‘… rending the meaning of a text into another language in the way that the author intended the text (7). ‘…rendre le sens du texte de la langue à l’autre selon l’intention de l’auteur.

Théoriquement, Thriveni dit, “Translation is not simply a matter of seeking other words with similar meaning but of finding appropriate ways of saying things in another language (1)” Notre traduction,

[La traduction n’est pas simplement une affaire de chercher les autres mots avec le même sens mais le chercher des façons appropriées de dire des choses dans l’autre langue] .

Autrement dit, la traduction n’est pas seulement, pour quelqu’un à chercher des mots d’une langue à l’autre mais chercher de l’équivalent d’abord quant au sens puis quant au style.

Pour Jacques Flamand, la traduction est; rendre le message du texte de départ avec exactitude (fidélité à l’auteur) en une langue d’arrivée correcte, authentique et adaptée au sujet de la destination (fidélité au destinataire) (50).

La traduction est le processus de rendre le texte de départ avec la langue d’arrivée.

Chez George Mounin, la traduction est « le passage d’un monde culturel à l’autre » (61). Dans le même point de vue de George Mounin, Malinowski voit la traduction comme l’unification du contexte culturel. Autrement dit, la traduction transfert les cultures d’un peuple. Par exemple la traduction de Things Fall Apart d’Achebe en français Le monde s’effondre démontre les cultures des Igbo au Nigéria.

Si l’on prend en considération tous les facteurs évoqués dans les définitions qui précédent, on pourrait dire que la traduction est la communication de la signification d’une langue et le moyen d’un equivalent dans la langue d’arrivée sans modification ou changement du vouloir-dire de l’auteur.

2.0.4 La Mondialisation

La mondialisation s’est imposée comme phenomena planétaire. Elle existe plusieurs définitions de la mondialisation. Ici, nous avons fait une explication générale de la mondialisation.

Les termes : globalisation et mondialisation et les sens qui leur sont attribués en fonction de point de vue et du courant de pensée des énonciateurs. Pour Laurent, spécialiste du géographique, la mondialisation est, « le processus historique d’extension du système capitaliste à l’ensemble de l’espace géographique mondiale.»

Pour lui, la distinction entre ces deux termes est propre à la langue française.

Le terme globalization (anglophone) couvre largement le même épart que la différence sémantique francophone.

Dans le monde francophone, différentes personnes donneront different sens aux termes sur la dimension économique, culturelle et politique.

Selon l’encyclopédie Wikipèdia, le terme mondialisation désigne l’expansion et l’harmonisation des liens d’interdépendance entre les nations, les activités humaines, et les systèmes politiques à l’échelle du monde.

Ce phénomène touche les personnes dans tous les domaines de la vie humaine. La mondialisation évoque les transferts et les échanges internationaux de biens, de main-d’oeuvre et de connaissances. Selon la meme source, la mondialisation est les changements par la diffusion mondiale des informations sous forme numérique. C’est- à-dire sur l’internet, Selon l’encyclopédie wikipèdia, la Mondialisation désigne un processus, des activités humaines et des structures politiques voient leur dépendance mutuelle et leurs échanges matériels autant qu’immatériels.

Si l’on prend en considération toutes les definitions qui précédent, on pourrait dire que la mondialisation c’est le développement, l’échange des activités humaines et l’interdépendance du monde.

2.1.0 Aperçu Historique de la Traduction

Le mot traduction dérive du latin « translatio », qui

lui-même vient de «trans» et ‘fero’, ainsi que signifie

« porter » à « travers ».

Le temps actuel d’origine de la traduction n’est pas précis. Selon une école de pensée, la traduction commence depuis la théorie du langage : Babel cette théorie explique comment le Seigneur met le désordre dans le langage des hommes à la tour de Babel dans la

Bible. Il y avait beaucoup de langues. Cette tour s’appelle

« La tour de Babel » (la Bible, Genèse 11 :19)

L’autre école de pensée croit que la traduction commence depuis la renaissance. Pendant la renaissance, les moines travaillent dur. Ils traduisent des documents du grec et du latin aux langues anglaise et française. Les premiers travaux sur la traduction ont été exécutés par les Arabes avant les travaux scientifiques et philosophiques des Grecs (Encyclopédie 258). Depuis ce temps, la traduction aide à développer le monde.

Généralement, on croit que la traduction est aussi vieille que la littérature écrite. On peut dire que la traduction est la plus importante des activitésn interlinguistiques et interculturelles au Nigéria depuis cent trente ans (Edebiri 1).

Au Nigeria, la traduction a commencé pendant les activités des missionnaires, pendant la colonisation au Nigéria, la traduction a facilité leurs travaux. Les langues indigènes leur posent beaucoup de problems parce que les langues manquent l’orthographe établie (Encyclopédie 258). Alors, les missionnaires procèdent à établir l’orthographe pour les langues locales et à traduire

la Bible dans ces langues. À part la traduction de la Bible en langues nigérianes, quelques missionnaires de catholique traduisent certains aspects de la literature traditionnelle des langues nigérianes en anglais.

Au

Nigéria, la traduction commence par rendre la Bible de l’anglais en langues indigènes alors que la traduction littéraire comme dans la direction opposée de la langue indigène en la langue anglaise (Okoli 28).

Toutes les activités de la traduction ont l’une ou plusieurs objectifs précis et l’objectif principal de la traduction sert comme un véhicule de la communication interculturelle parmi les peuples du monde.

Dans le passé les activités de la traduction ont développé grâce à l’échange international, à l’augmentation de la migration, à la mondialisation, à la reconnaissance des minorités linguistiques, à l’expansion des mass médias et à la technologie. Pour ces raisons, le traducteur joue un rôle important comme l’émetteur bilingue de plusieurs langues et l’interculturel d’une langue à l’autre.

2.2.0 Fidélité en traduction

La fidélité est la mesure dans laquelle une traduction rend fidèlement le sens du texte source, sans distorsion. Les critères pour juger la fidélité d’une traduction varient en fonction du sujet, du type et de l’usage du texte, de ses qualités littéraires de son contexte social ou historique, etc.

L’idée de fidélité a été depuis longtemps considérée sous forme de débats parmi les traducteurs. Il y a beaucoup de controverses parmi les traducteurs. Mais, beaucoup de gens posent la question. À qui (l’auteur ou le destinataire) ou à quoi (le message ou le style) doit –on rester fidèle ?

Parmi les théoriciens du sujet, les débats sont entre la fidélité absolue au texte original et l’intraduisibilité pure et simple. Selon Ajunwa, il y a les écoles de pensée qui disent que traduire n’est pas possible et qu’aucune traduction n’est absolument fidèle(14). L’autre école de pensée dit que la traduction était un majeur thème d’une conférence internationale sur la traduction, en 1959, à

Bad Godesberg Allemagne (Ajunwa 14). Dans sa présentation, George Mounin considère une fidélité absolue au texte de départ. Autrement dit, le traducteur doit rester fidele à l’auteur, au message et au style (Ajunwa 14).

En 1968, E. Cary, soutient la même vue de Mounin, il suggère que les éléments d’une bonne traduction, y compris fidélité exactitude et équivalence.

Newmark dit que la traduction ne peut pas être absolument fidèle. Pour lui, « Each exercise involves some kind of loss of meaning due to a number of factors »

(7). [Chaque exercice consiste en quelques sortes de perte de sens en raison d’un nombre de facteurs] .

Parlant de la fidélité en traduction, Jacques Flamand (1983) n’accepte pas les opinions entières. Pour lui, la fidélité absolue n’est pas possible, particulièrement en traduction littéraire. Autrement dit, il y a toujours une mesure de trahison en toutes les traductions.

Encore une fois, Eugéne Nida (1983) affirme que

« No communication, whether intralingual, interlingual, or intersemiotic, can occur without some loss of information (63). [Aucune communication, soit intralinguale, interlingual, soit intersémiotique, ne peut se présenter sans quelques pertes d’information] .

Eugène Nida veut dire qu’ aucune traduction n’est parfaite, mais que toute traduction est susceptible à la perfection. De la même manière, une traduction doit être fidèle au texte original, d’abord au message et puis au style.